Retour de la pluie

« La critique peut être désagréable, mais elle est nécessaire. Elle est comme la douleur pour le corps humain : elle attire l’attention sur ce qui ne va pas. »  Churchill

Tiens, moi aussi je fais dans la citation, mais la vraie, pas celle qu’on ne retrouve nulle part…

Voilà la pluie et les insultes qui sont de retour. Pour la pluie, ça fait du bien au potager. Pour les insultes, c’est une réapparition des symptômes . Un peu de potion magique, peut-être ? Pour soulager ?

Avant de partir, sans doute, je voulais vous parler de la survie de Quéméneur. La survie, c’est pas le terme qu’on devrait employer mais comment dire, les heures qui ont précédé sa mort ?

Y a deux choses qu’il va falloir voir dans ce cas de figure : les gens qui ont dit qu’ils l’ont vu et les gens qui l’ont pas vu et qui, bien évidemment, ne l’ont pas dit.

Bon, mais pour ne pas se casser la figure dans un tel parcourt, y a intérêt à être au plus au niveau question connaissance du sujet. Aussi, mes enfants, je vais prendre quelques jours à l’ombre pour potasser tout ça.

A bientôt.

Churchill peignant sur la Côte d’Azur. Son matos de peintre est assez personnel…

4 commentaires sur « Retour de la pluie »

  1. Et c’est pas parce qu’un témoin n’a pas vu Pierre Quemener que cela veut dire qu’il est mort et enterré!
    Cela peut faire toute la différence

    J'aime

  2. Bonjour,
    Il me semble que parmi les témoins de survie l’un d’eux paraît assez incontestable.
    Spontanément il va à la police dire qu’il a vu Pierre Quéméneur à Paris un jour de mai 23.
    Son témoignage est embrouillé, imprécis.
    Il fait des recherches, se repère à partir de faits concrets établis.
    François Le Her dit avoir vu Pierre Quéméneur à Paris un samedi de mai.
    Pierre Quéméneur qui, pour autant qu’on sache, ne se rendait pas à Paris tous les huit jours, y avait précisément rendez-vous le samedi 26 mai 1923.

    J'aime

  3.  » Le commissaire Vidal envoie un de ses inspecteurs vérifier ce point :  »  À la date du 20 mai 1923, il a été relevé par l’inspecteur de police mobile Bonny , sur la main courante du quartier de Chaillot, la relation d’un incident de  voie publique. Rapport par un agent requis à la demande d’un Sieur François Marie, receveur de Tramway,  n° 10720. » Le numéro de casquette correspond au receveur Le Herr François-Marie,  n°57792 bis,  n° de casquette 10720. Le 31 mars, sur demande de sa hiérarchie, le procureur de Morlaix, que Pierre Quéméneur était parfaitement bretonnant, ce qui tendrait à confirmer que la conversation qu’il a eue avec Le Her était effectivement en breton. Enfin dans cette même lettre il est dit que Pierre Quéméneur n’a pas fait d’autre voyage à Paris en mai 1923. Ceci va encore dans le sens de la véracité du témoignage de Le Her.

    Bernez Rouz 

    L’affaire Quéméneur-Seznec, enquête sur un mystère 

    éditions Apogée 

    p.120-121

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :