C’est la journée des transports

Je me fiche et contre fiche d’avoir le dernier mot. C’est vraiment pas ça que je cherche.

Mais là, quand même !

J’avais envoyé en l’air deux machins, des trucs pas ben compliqués. Et vous avez vu, mes enfants, les réponses !

Alors j’ai repris mon bâton de pèlerin et ma gourde de St Jacques, vous savez celle qui est toujours pleine de cognac. Pas du lambic , j’aime pas tellement. Quoi que, si c’est fait dans le Calvados.

Oui, j’ai donc pris une carte et j’ai regardé un peu la ligne de chemin de fer , celle qui passe à Dreux et Houdan. Et puis, direction Delacampe et que je te copie toutes les gares de L’Aigle à La Queue les Yvelines. Moins Dreux, moins Houdan, on les connaît celles-là.

Et voilà ce que ça donne. Toutes à la même époque, bien sûr.

D’accord, plus ou moins grandes.

Mais faut être miro ou de mauvaise foi. Elles se ressemblent toutes. C’est carrément du quif !

Pensez bien qu’à la Compagnie des Chemins de fer, ils allaient pas verser des millions de francs à des centaines d’architectes pour construire dans la diversité.

Qant au vapeur Verdun, et bien, j’ai pêché par paresse. J’aurais dû, dès le départ donner plus de détail. Bon, ben voilà plus de coupures de la Dépêche de Brest. « Entrées et sorties du port de Morlaix ».

Quant on clique sur rechercher vapeur Verdun, on a six pages de résultats, soit environ soixante résultats. Je vais quand même pas tout recopier, faudrait pas me prendre pour une tarte.

Tiens, d’entré et sortie du 19 mai au 4 juillet 1923, il n’y a rien.

Ni Seznec, ni Kerné, ni aucun autre n’ont pu le prendre ce sacré rafiot.

A moins que

a) ils en aient pris un autre

b) le rédacteur du journal a oublié de faire les mention ad hoc

c) ils ont pris le train

C’est à vous de choisir.

Enfin, comme je ne lésine pas, même si moi, je ne fais pas de recherche, je vous offre une belle image. Le vapeur Verdun, avec sur le cliché quelques renseignements bien précieux. Entre autres, que la Compagnie , elle est havraise. C’est la très vieille Compagnie Abeille qui avait engendrée une petite filiale, la Société de Remorquage et de Transport  « Les Electrolyses ».Un référence, quand même : http://frenchtugs.free.fr/cies/portuaires/abeilles.htm .

Et puis pour les horaires «  au Bureau de la Compagnie », je vais demander à ma copine documentaliste du Havre pour qu’elle me trouve ça, si ça existe encore dans les Archives.

Moi, vous savez, les enfants, pour ce que j’en dis,

C’était juste pour aider . Pour aider un blog « remarquablement documenté », qu’il dit Michel Pierre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :